Des lapins bouffent tout dans mon jardin?

Dans nos contrées urbaines ou periUrbaines qui ont échappé au béton, l'écopaturage, c'est super tendance.
Ok! mais ya des limites à pas dépasser!

Sur le site de Repainville, on a des dizaines, voire des centaines de lapins
Les enfants trouvent les trouvent super mignons (sauf quand ils ont la mixomatose), mais, évidemment, ça a de grosses répercutions sur nos plantes, et en particulier sur nos légumes.
On sème, on plante, pleins de confiance en notre terre nourricière... sauf qu'il ya une horde, là, tout prêt, terrée dans les talus, qui, dès qu'on a le dos tourné, se nourri.
Avec quoi? non non pas avec les beaux pissenlits juste à côté, ou simplement de la bonne herbe? non plus...
Les lapins, ce sont des fines bouches! Et eux aussi ils veulent des bon légumes, et au printemps, les jeunes pousses, c'est extra bon!

Alors, pour remédier à ces écatombes de carottes, oignons, haricots, salades, radis... on a essayé toute sortes de tactiques, glanées ça et là:
Les cheveux humains (récupérés chez un coiffeur)? Pas de résultat satisfaisants...
Le lait? pas plus.
La radio en permanence (de préférence france culture)? Efficacité pas clairement vérifiée, mais peut être.
Le grillage? ah là oui, mais, attention, il y a des lapins sauteurs, et même grimpeurs, alors le grillage c'est 1m de haut, sinon vous aurez passé du temps et dépensé de l'argent pour rien. Et attention à la taille des mailles, car un lapineau, c'est pas gros!

Après, grillager son jardin, c'est pas forcément très accueillant.
A l'usage, on a remarqué que ces sauvages ne mangeaient pas certaines plantes qu'on cultive, qu'il n'est donc pas necessaire de protéger. En voici une liste non exhaustive:
- Tomates
- Courges
- Fèves
- Patates
- Artichauts
- Ocas du Pérou

Il y a aussi la technique du mélange: des pieds de haricots n'ont aucune chance de résister à la pression lapinesque, mais s'ils sont étroitement mélangés, par exemple, à de la bourrache (qu'ils n'apprécient apparemment point du tout) ces clampins à longues oreilles ne les ravagerons plus.

N'hésitez pas à nous envoyer vos conseils aussi!


publié par antoine
BD : Sirou déboule à ReapingTown!

SIROU Dessinateur du Hav', a concocté cette petite BD après son passage à la Fête Bouillons - Alternatiba - APSNR en septembre dernier, suite à l'expultion de l'asso des Bouillons de la ferme à Mont Saint Aignan, magouillée par les Mulliez (Auchan)-Mégard avec à la baguette le Préfet aux ordres...

pleins d'autres BDs et autres images par SIROU sur le blog au copaing Havrais là:
>> les Aventures de le Carnet





Copyright SIROU !


publié par SIROU
un petit tour à la ZAD de NDDL

Pour commencer, de l'humide, bien sûr, quelques mares, Noues et fossés ...
La noue à côté de la "Noue Non Plus", au bout du bois, après Youpi Youpi
(Une Noue est un affleurement de la nappe phréatique tellemeng bien remplie en ce mois de février qu'elle dépasse, par endroits, le niveau du sol):



une autre noue bien bordélique vers la chataîgne, possible piège à cons:



Une mare entre Bellevue et la Chataîgne quand on coupe à travers champs...



Une superbe composition japonisante qui s'est faite toute seule comme une grande dans la forêt de Rohanne...



Et quoi de mieux qu'une mare pour construire une cabane inexpugnable (mais pourkoi inexpugnable? me direz vous, ça a l'air plutôt calme et sereing comme endroit non?, ba là euh oui ffffectiv'meng... mais pô toujours!),
>>> the famous Floating Cabanon!!!



C'est pas merveilleux cette construction?
Accès romantique par barque obligé bien sûr.

Puisqu'on est dans les cabanes, en voici une autre, c'est un architecte qui l'aurait construite celle ci.
Elle ressemble à une soucoupe volante, à croire qu'elle va décoller...
On l'appelera donc, the Flying Cabanon:



Et dans le potager juste en face de cette oeuvre cabanesque remarquable, on peut aussi admirer ce dome dont on ne sait point trop s'il a une autre fonction que décorative:



Plus intimement, voici l'intérieur fort Cosy du rez de chaussée de PuiPlu, un peu de guingois mais fière construction du Collectif Zad da Rouen, perchée et perdue au milieu d'un bois de chataigners:



Après un passage au "No Marché", où sont proposés des productions locales à prix libre, légumes, pains, etc, et où on vient à la criée écouter les messages laissés pendant la semaine passée, anonymement ou pas.
Un petit détour sur la route des chicanes...



Pour finir, la parole à ce panneau accroché au mur d'une des cabanes de la chataîgne:


 


publié par Antoine